Comment améliorer son style

Les 6 règles d’or de l’Écriture

L’art d’écrire est un art qui s’apprend. La première chose à faire pour améliorer son écriture est donc de découvrir les règles qui le régissent. Il faut les comprendre, puis s’approprier les techniques et astuces qui permettent de les mettre en œuvre et enfin, s’exercer à les appliquer.

Un art

L’art d’écrire

L’art d’écrire, c’est l’art de choisir ses mots et de les agencer pour parvenir à son but : toucher le lecteur. Pour cela, le romancier doit s’attacher à trois critères principaux : écrire avec force, justesse et élégance.

  • Un texte bien écrit est un texte fort, puissant et percutant : il fait passer ses idées, mais pas seulement. Ces dernières transparaissent avec force, elles sonnent vraies, et procurent des émotions.
  • C’est également un texte juste : les mots choisis sont bons, ce sont les mots appropriés, les mots qui touchent et font passer le message avec efficacité.
  • Enfin, c’est un texte élégant, qui a du style. Chaque écrivain peut trouver sa voix, son style, sa manière de transmettre son message avec une qualité ou une finesse qui lui sont propres.

« Tout le talent d'écrire ne consiste après tout que dans le choix des mots. »

Gustave Flaubert

Les 6 règles d’or

Améliorer son style d’écriture

Il existe une multitude de techniques et d’astuces qui améliorent l’écriture.

Je les ai regroupées en 6 piliers qui constituent pour moi les 6 règles d’or de l’Écriture. Chacune de ces règles correspond d’ailleurs à un module entier de ma « Formation Écriture : Peaufiner son style et sublimer son roman ».

Selon moi, un texte bien écrit est un texte fort, juste et élégant.

Mais concrètement :

Qu’est ce qu’un texte fort ? Et surtout, qu’est-ce qui le rend puissant ou l’affaiblit ? Qu’est-ce qui donne la justesse ? Qu’est-ce qui donne l’élégance ?

À l’inverse, qu’est-ce qui rend un texte fade ou lourd ? Qu’est-ce qui différencie un passage plaisant d’un autre maladroit, banal ou sans charme ?

Ce sont les réponses à toutes ces questions qui m’ont permis d’établir clairement ce qu’il faut privilégier ou éviter, et de réunir toutes ces bonnes pratiques et astuces sous 6 grands principes.

Voici mes 6 règles d’or :

Je ne peux pas décrire ici toutes les techniques qui composent chacune de ces règles, cela constitue une formation à part entière et ce serait beaucoup trop long (cela représente plus de 4h de vidéos !). Mais voici les grandes lignes.

règles d\'or

Règle d’or n°1

« Montrer, ne pas dire mais faire ressentir »

Cette première règle d’or s’attache au fond, à la façon de raconter son histoire, à l’essence même du travail de l’auteur.

Il y a mille et une façons de raconter une même scène. Par exemple, pour décrire la joie de ton héros suite à un succès qu’il rencontre au cours de son aventure, quelle version choisirais-tu : « Yann était très joyeux. » ou « Yann brandit le poing en l’air en poussant un cri victorieux qui résonna dans la plaine et bien au-delà. » ? Les deux versions paraissent proches mais la première version ne fait que « dire », alors que la seconde « montre ».

Montrer est beaucoup plus impactant, plus visuel. Cela touche davantage le lecteur et l’embarque dans l’histoire, lui fait vivre des émotions dans la peau des personnages. Et cette règle s’applique à tous les éléments de ton récit : les scènes d’action, les descriptions, les ressentis des personnages, les dialogues…

Être romancier ne se borne pas à raconter une histoire. Il faut la faire vivre à ton lecteur. Si tu parviens à mettre en œuvre cette règle essentielle, tu auras déjà gagné ton pari !

Règle d’or n°2

« Préciser, choisir le mot juste »

Cette seconde règle s’attache à la forme, au choix des mots. Ce choix est important afin que ton roman gagne en justesse et en force.

L’une des principales faiblesses que j’observe dans les textes que l’on me soumet est le manque de précision dans les mots choisis, ce qui induit une impression de flou, de vague, de texte non abouti.

Le romancier qui souhaite proposer à ses lecteurs un texte de qualité doit utiliser les techniques qui permettent de gagner en précision. Et elles ne manquent pas. Je les détaille dans le module n°2 de ma formation.

Voici un exemple pour illustrer cette règle importante. La phrase « Je me promène au milieu des arbres. » manque clairement de précision. Quelles sont les essences des arbres qui m’entourent ? Suis-je dans une forêt, dans un parc ? Est-ce que le sol est en terre brute, goudronné, dallé ?

Cela donnerait plus d’impact d’apporter toutes ces précisions. La phrase pourrait donc être réécrite ainsi : « Les séquoias centenaires accompagnent de leur majesté ma promenade dans les allées gravillonnées du Parc de Clairevoie. ». Le récit s’en trouve rehaussé, il devient plus percutant et le style plus acéré. Clarifier cette description permet au lecteur de mieux visualiser et vivre la scène.

Règle d’or n°3

« Simplifier, être concis »

La troisième règle est une règle hybride qui s’attache à la fois à la forme et au fond. L’idée principale est simple : le plus court est souvent le meilleur et le plus efficace. Mais y parvenir est aussi plus difficile qu’il n’y paraît…

Tout bon écrivain doit parvenir à décrire ses scènes et ses idées de façon concise. Pour cela, des techniques et astuces permettent d’aller à l’essentiel et de se débarrasser des lourdeurs ou du remplissage inutile.

Ne tombe pas dans le piège de vouloir faire long et alambiqué. Le lecteur prendra plus de plaisir à lire une idée exprimée simplement qu’à lire du blabla, du remplissage ou une même idée ressassée en long et en large. Sois concis, va au but, ton message sera plus fort.

Règle d’or n°4

« Varier, et éviter les excès »

La règle suivante s’attache principalement à la forme. Son but est de donner de la richesse à ton écriture et d’éviter la monotonie. Il s’agit ici de varier ta façon de raconter les événements de ton histoire, d’alterner les outils, la syntaxe de tes phrases, etc.

Bien souvent, nous avons tendance à reproduire les mêmes schémas, à utiliser les mêmes structures et à tomber dans des excès qui alourdissent nos textes.

La variété donne de la légèreté. Par exemple, évite d’utiliser pour tes phrases toujours le même sujet – a priori ton héros ou ton héroïne – et toujours désigné de la même façon – a priori par le pronom « il » ou « elle » ou par son nom –. Il est logique que ton héros soit le sujet le plus fréquent de tes phrases, mais si tu n’y prêtes pas attention, cela risque de devenir trop prépondérant et de donner un effet lourd et rébarbatif à ton récit.

Dans le module dédié de ma formation, je détaille tout ce qu’il est possible de varier, je répertorie les excès les plus courants à éviter et donne de nombreuses astuces pour y parvenir.

règles d\'or

Règle d’or n°5

« Éviter, ce qu’il faut éviter et comment l’éviter »

Cette cinquième règle s’attache aux erreurs les plus courantes à éviter (en plus d’éviter de contrevenir aux règles précédentes ), à ce qui apporte de la lourdeur au texte ou aux phrases et qu’il faut limiter. Et surtout aux moyens d’éviter ces erreurs.

Par exemple, une simple virgule ou un point peut te permettre de remplacer une conjonction de coordination, plus lourde. Ainsi, au lieu d’écrire « Je suis désolé car je dois rentrer chez moi. En effet, ma mère m’attend. », tu peux gagner en légèreté en reformulant : « Désolé, je dois rentrer chez moi. Ma mère m’attend. ».

La règle n°5 regroupe de nombreuses astuces comme celle-ci pour éviter les tournures lourdes et autres manies courantes.

Règle d’or n°6

« Sublimer, magnifier son texte »

Cette ultime règle d’or cherche à rehausser un texte, à apporter la petite touche d’élégance, la petite touche de style propre à chaque auteur. Elle a trait à la fois à la forme et au fond.

Ce n’est pas une règle à appliquer à toutes les phrases, ni à tous les passages, mais cette règle d’or regroupe les techniques qui apportent un petit plus. À l’auteur ensuite de s’approprier celles qu’il préfère pour créer son propre style, sa manière à lui, reconnaissable, de raconter ses histoires, d’embarquer ses lecteurs.

« L'écriture est la peinture de la voix. »

Voltaire

En pratique

Comment les mettre en œuvre ?

La perfection n’existe pas, mais en « montrant », « précisant », « simplifiant », « variant », « évitant » et « sublimant », ton écriture sera grandement améliorée. N’importe laquelle de ces 6 règles d’or, appliquée seule, améliore déjà nettement un texte, mais le cumul des 6 transforme littéralement n’importe quel texte banal en un texte très bien écrit.

Il est intéressant aussi d’observer ces 6 grands principes à l’envers : ne pas les suivre, ou pire, faire l’inverse de ce qu’ils préconisent, est exactement ce qui rend l’écriture mauvaise, lourde et faible.

Les 6 règles d’or – et leur mise en application – sont le secret pour améliorer son style écriture. Je les ai conçues pour le romancier quel que soit son genre de prédilection : policier, thriller, romance, littérature générale, autobiographie… Elles s’appliquent à tout roman.

Ma Formation Écriture détaille comment les mettre en œuvre pleinement, mais si tu as saisi les grands principes que je viens de t’exposer, tu peux déjà améliorer quelques petites choses dans ton écriture.

Pour chacune de tes scènes, chacune de tes phrases, interroge-toi :

  • « Est-ce que je montre et fais ressentir au lecteur, ou est-ce que je me contente de dire ? »
  • « Suis-je précis dans le choix de mes mots ? »
  • « Est-ce que je suis suffisamment concis ou est-ce que j’introduis des lourdeurs, des phrases ou des scènes inutiles ? »
  • « Est-ce que je varie ma façon de raconter ? Ou est-ce que je tombe dans des petites manies d’auteur ? »
  • « Est-ce que j’apporte ma patte, ai-je un style qui m’est propre ? »

Ces règles transforment notre écriture et la vision que l’on en a.

Si tu appliques la règle d’or n°1 dès ton premier jet, tu écriras avec un but – faire vivre des émotions à tes lecteurs – et cela change tout.

Et avec les autres règles d’or en tête, tu feras beaucoup de choses très bien directement, comme être précis et concis. Tu gagneras beaucoup de temps lors de tes relectures.

Mais bien sûr, il est impossible de penser à tout du premier coup. Et c’est normal. Le premier jet a surtout pour vocation de coucher ton histoire sur le papier du début à la fin. Il s’attache plus au fond qu’à la forme.

Le deuxième jet te permettra alors d’améliorer et de peaufiner les mots jetés au premier jet. C’est son rôle. C’est au cours du second jet et de tes relectures successives que les 6 règles d’or se révèleront très utiles afin de retoucher ton texte en portant une attention particulière à « montrer », « préciser », « simplifier », « varier », « éviter » et « sublimer ».

Apprendre et se perfectionner avec

Une formation sur l'Écriture

La meilleure façon d’améliorer son écriture est de se former puis de pratiquer. Il n’y a pas de mystère : apprendre les règles puis écrire. S’approprier les codes puis s’exercer, encore et encore.

J’ai conçu la Formation Écriture – « Peaufiner son style et sublimer son roman » – sous une forme très didactique. Il s’agit de 4h de vidéos où j’explore chacune des 6 règles d’or en profondeur. Je les illustre d’exemples, je donne des astuces concrètes et je rentre dans les détails.

C’est une véritable formation avancée sur l’art d’écrire, unique en son genre. Je l’ai créée spécifiquement pour celles et ceux qui veulent écrire un roman, pour les aider à comprendre comment améliorer leur style d’écriture et leur donner des techniques mobilisables immédiatement.

Plus de 4h de vidéos à voir et à revoir pour améliorer ton écriture